Doigtée par ma meilleure amie

Ma meilleure amie Laurie et moi étions en voyage de fin d’année à Washington. Les cheveux longs, presque noirs, deux beaux petits seins alléchants, des lèvres excitantes et des cuisses qui ne faisait que m’exalter. J’aimerais préciser qu’avant ce jour, j’avais tout de l’hétérosexuelle modèle et elle aussi d’ailleurs.

Il était autour de minuit lorsque nous avons rejoint notre chambre. Nous étions deux par chambre et j’étais avec elle. Pour mieux parler, nous avions rejoint le même lit. Elle portait un t-shirt en guise de pyjama qui me laissait entrevoir le bas de ses magnifiques fesses. Comme je ne suis pas vierge et elle (dans le temps) l’était, elle se plaisait à me poser des questions. Elle me demanda de lui décrire un orgasme. Je tentai de le faire du mieux que je pouvais mais elle semblait confuse. Elle me demanda si j’avais une objection à lui faire vivre. Sans trop comprendre, je lui demandai un explication et c’est en guise de réponse qu’elle posa sa main sur mon sein pour le caresser doucement. Je ne sus trop comment réagir mais comme j’étais en manque, j’acceptai sa proposition plus que directe.

Je me rapprochai doucement pour goûter ses lèvres, je l’embrassai lentement puis introduisit ma langue dans sa bouche. Sa langue massait la mienne d’une façon divine. Je posai ma main sur sa chatte, objet que j’avais secrètement désiré depuis quelque temps. Doucement je retirai sa culotte et son chandail et elle en fit de même. Elle commença à me caresser le clitoris doucement, j’adorais la sentation et lui demandai d’aller plus vite. En plus d’accélérer, elle introduisit doucement un doigt dans mon vagin.

Je me mis à respirer plus vite, je caressai ses beaux seins et m’amusai à mordiller ses doux tétons. C’était bon et elle me faisait comprendre son appréciation en accélérant la pénétration de son doigt dans mon ventre. Elle en introduit un deuxième et alla de plus en plus vite tout en carressant mon clito. Je respirai de plus en plus vite, je ne pouvais plus me contenir, mes jambes tremblaient tellement j’aimais. Je finis par laisser sortir un cri de jouissance incroyable. Puis je m’endormis en la caressant et en lui disant que je lui offrirais un orgasme le lendemain.

C’est en rentrant dans l’autobus le lendemain que j’eus envie de lui faire plaisir. Je lui dis de mettre son cartable sur ses genoux et de s’appuyer sur moi afin que notre commerce paraîsse le moins possible. Autour, tous les autres regardaient le film dans l’autobus. Moi, je commençai par lui caresser les cuisses en lui chuchotant un scénario érotique à l’oreille. Je lui dis de détacher son pantalon le plus subtilement possible. Elle hésita à cause de tous ceux qui pouvaient nous voir alors je lui caressai subtilement un sein puis elle le fit.

Doucement je fis glisser mon doigt entre ses lèvres et me mis à caresser son clitoris. Elle se mit à respirer plus fort et rapidement. J’allai de plus en plus vite. Avec un autre doigt, je caressai l’entrée de son vagin avant d’y pénétrer. Elle se mit à haleter, je la sentis mouiller un peu et j’allai chercher le liquide pour l’étendre sur son petit bijoux alléchant. J’aurais voulu l’embrasser, goûter sa langue et la caresser partout mais je dus me retenir. L’entendre jouir silencieusement m’excitais, je sentis que je mouillais, ce qui me poussa à accélérer le mouvement de mon doigt.

Elle se mit à émettre de petits sons qui, merci mon dieu, étaient étouffés par le son de la télé. J’accélérai encore et encore, lui massant le clito et la pénétrant avec ferveur. Je l’entendis alors pousser un petit cri plus fort que le autres en fermant les yeux et en me caressant subtilement la cuisse. Je sentis une giclée de son liquide couler sur mes doigts, elle avait un orgasme, tout ça grâce à moi. Je continuai un peu puis me retirai pour ensuite aller me branler dans la toilette du bus. Sa jouissance m’avait tellement excité que j’en étais vachement trempée Vous dire comme j’ai hâte de reprendre l’autobus avec elle… 🙂

Confession de Marie-Anne

Une réflexion sur « Doigtée par ma meilleure amie »

Laisser un commentaire