1ère expérience

Paul, Pauline et nous.

Ça faisait longtemps qu’on y pensait, plutôt que j’y pensais, le tout étant de trouver les bonnes personnes, et le bon moment… Madame n’était pas très chaude à l’idée de ce projet mais accepta finalement de combler mes envies et de tenter une expérience d’échange, à 4…

J’ai rencontré Paul et sa charmante femme, Pauline, par hasard… Plus jeunes que nous, mais physiquement très attirants, elle comme lui… En vacances, dans ces clubs où on oublie tout pendant quelques jours… Je l’avais remarqué elle, grande, blonde, des seins pas très gros mais superbes, j’avais bien aimé son sourire… J’avais aussi remarqué que Madame avait bien aimé Paul également au premier abord…

Par hasard, un soir, nous nous retrouvons à la même table, les mecs accrochent bien, les femmes également, et nous décidons le lendemain de partir en catamaran faire un tour dans la baie…
Le lendemain, la journée se déroule superbement bien et le soir, on se retrouve à nouveau à la même table… Après avoir un peu picolé, la conversation glisse vers nos vies de couples respectives… Trois ans qu’ils sont ensemble, et Paul me lâche, « le secret de notre bonheur, c’est la liberté », il m’explique qu’il a compris que la jalousie plombait généralement les couples et que le plus simple est d’occulter cet aspect des choses et de se dire que l’essentiel n’est pas qui tu baises, mais qui tu aimes… Lui aime baiser d’autres femmes, mais aime la sienne et comme il se refuse à refuser à sa femme ce qu’il s’octroie, elle peut faire ce qu’elle veut, la seule condition réciproque étant l’honnêteté et la confiance…
J’entends ma femme lui expliquer qu’ils ont raison, mais que la réalité pratique peut être plus compliquée, Pauline lui répond qu’elle aime surtout voir son mari, qui est, selon elle particulièrement un bon coup, faire jouir d’autres femmes…

Bref, nous voila tous bien émoustillés par tout ceci et l’alcool aidant, direction la boite du club, histoire d’évacuer un peu l’alcool et la pression !!!
Direct, Pauline me dit, « Allez, on échange !!! » et m’entraine danser au centre de la piste, madame répond « Ok, je prends le tien !!! » et Paul et madame partent danser dans leur coin…
Un peu décontenancé par cette réplique, je me laisse entrainer et voilà la jolie Pauline qui vient se frotter langoureusement à moi, pendant que Paul entraine madame dans le même rythme…
Sentant probablement ma réticence, légère avouons-le, Pauline me demande ce qui ne va pas, et je lui indique que notre conversation m’a laissé perplexe, quoique très intrigué, j’aimerais lui dire très excité !!
« Rassure toi, rien n’est jamais forcé, laisse faire les choses, ce qui doit arriver arrivera… Ou pas… Ta femme est en de bonnes mains avec Paul… »
Rassuré ? Bof, car je dois admettre que le petit maillot de bain de Paul laissait apparaitre toute la journée une belle bosse laissant présager un bon morceau… Moi, je préfère les shorts plus larges !!
L’alcool aidant, je finis par me laisser aller… Après tout, c’est moi qui saoule ma femme pour ce genre d’expérience…
Pauline est une sacrée coquine, elle joue de son corps et de ses yeux avec beaucoup d’élégance et rapidement j’ai du mal à cacher l’érection qui me tient…
– Et bien, on dirait que Monsieur est en forme ce soir !!, me glisse t-elle à l’oreille, alors que son bassin est plaqué contre le mien…
– J’aime ça…
– C’est vrai, lui dis-je. Mais je crois que Paul est en meilleure condition physique que moi.

Elle éclate de rire :
– C’est vrai que lui de ce coté-là, il est très costaud… Mais je suis sûre que tu as d’autres qualités… Et puis, ta femme aimera ça, crois-moi…

C’est bien ce qui m’inquiète d’ailleurs, j’ai toujours eu le sentiment que madame jouirait plus fort avec un mec plus costaud que moi et ses dénégations n’ont jamais pu lever totalement le doute… Je sais qu’elle a eu avant moi pas mal d’expériences, mais ça fait 10 ans qu’on vit ensemble alors j’ai fini par me dire que ça ne doit pas être si important que cela…
Au bout d’une demi-heure de danse sexy, Pauline et moi regagnons la table, j’en profite pour chercher madame des yeux… Ils sont là un peu plus loin, à danser langoureusement les yeux dans les yeux, collés l’un à l’autre, et là je me dis que si Paul réagit comme moi, madame doit nécessairement sentir la même chose que Pauline a senti juste avant…
Ils nous rejoignent rapidement, madame à le rouge aux joues et je ne sais si c’est la chaleur, la fatigue ou l’excitation qui la met dans cet état…
– Pauline, aimerais-tu que nos amis finissent la soirée avec nous, on a du champagne au frais dans notre chambre.
– Moi, j’aimerais bien… Répond-t’elle…

Madame me regarde… Et je dis ok…
Nous arrivons dans leur chambre, plus grande et plus spacieuse que la nôtre, madame prend place à mes côtés sur le premier canapé, nos nouveaux amis s’installent en face, une petite table basse nous sépare…
Nous continuons à discuter de tout et de rien et je remarque qu’au fil de la conversation, Paul et Pauline ne cessent de se caresser, ma main traine sur la cuisse brulante de ma femme… Pauline ne me quitte pas des yeux pendant que Paul semble surtout converser avec ma femme…
L’ambiance s’alanguit, il est déjà 4 heures du mat… Pauline est lové contre son mari… Elle me regarde et je vois sa main, qui était alors posée sur le torse de son mari, descendre doucement mais surement… Paul remarque ce changement, lui sourit, et l’embrasse fougueusement… Nous les regardons faire et sans crier gare, ma femme s’empare également de ma bouche pour faire de même…
– Lâchez-vous, me dit Paul…
– Oui, dit Pauline…
– Amusez vous, et si vous voulez après on permute…

Tout en disant cela, elle retire son tee shirt laissant apparaitre ses seins qui me fascinent depuis la première fois que je les ai vu. Paul se jette dessus et commence à lui sucer les tétons presque avec violence… Je suis subjugué par ce spectacle, madame parait plus gênée et mal à l’aise mais n’en loupe pas une miette… J’entreprends alors de retirer également le chemisier de ma belle, qui finalement me laisse faire… Je vois que Paul, toujours affairé à sucer les seins de Pauline ne rate rien du spectacle que nous leur offrons…
Ainsi, durant une dizaine de minutes, nos deux couples se laissent aller, à un mètre l’un de l’autre, à se déshabiller, tout en gardant un œil sur ce qui se passe en face… Alors que Pauline commence à gémir, elle se lève subitement et vient prendre la main de ma femme… « Viens », lui dit-elle et elle l’emmène afin qu’elle s’asseye à sa place…
– Je préfèrerai aller dans la chambre… Risque ma douce à l’attention de Paul, me jetant un coup d’œil…

Moi, les yeux rivés sur les seins excités de Pauline, je réponds ok… Paul se lève et prend la main de ma femme pour la diriger vers leur chambre, entrefermant simplement la porte… Mes sens sont en ébullition, excité à l’idée de sauter Pauline, et contrarié à l’idée d’imaginer la grosse bite de Paul faire jouir ma femme…
Pauline me regarde, elle est debout, torse nu, en mini short, le regard flou… Mes yeux oscillent entre son corps jeune et brillant et la porte entr’ouverte de leur chambre dans laquelle on devine la lueur d’une bougie… Mon esprit ne cesse d’essayer d’imaginer ce qui s’y passe
– Lache toi.. Me dit-elle dans un soupir… Et baise moi, laisse ta femme là-bas, tu n’as pas envie de moi ?
« Putain, bien sûr que je te veux », je pense en moi-même…

Sans me quitter des yeux, elle ouvre son short et le laisse glisser sur ses cuisses galbées et bronzées laissant apparaître une vraie petite chatte de blonde parfaitement taillée et entretenue.
Elle avance vers moi qui suis toujours assis et me présente sa chatte en offrande au niveau de mes yeux… Mes mains prennent ses hanches et ma bouche file sur son ventre parfait, je l’entends soupirer doucement, je sens son odeur fraiche et musquée me flirter les narines, mes mains glissent sur ses cuisses et ses hanches ondulent doucement, ses mains se collent à mes cheveux et elle dirige sans ambiguïté ma bouche vers son intimité… « Lèche moi… » me lâche-t’elle en susurrant et en écartant délicatement ses jambes.
Sans attendre, je lui relève une jambe sur la table basse et me jette goulument sur sa chatte humide et palpitante de désir… Ses mains me labourent le crane au fil de la montée de son plaisir qu’elle exprime sans aucune retenue… Je parviens enfin à oublier ce qu’il se passe dans la chambre à coté…
Au bord de l’orgasme, elle se laisse glisser sur le canapé et tout en agrippant ma langue avec la sienne, me saisit l’entrejambe avec une violence rare… Elle me grimpe littéralement dessus et extirpe mon sexe du fourreau dans lequel il est compressé depuis des heures…

Elle me regarde avec un petit sourire et glisse sa bouche sur moi, enserrant ma bite dans un délicieux étau chaud et humide… Pendant ce temps-là, sentant que je ne tiendrai pas longtemps, et profitant de sa position à genou sur le canapé, je continue de lui masser son clitoris afin de l’amener à jouir…
Le problème, c’est que plus elle prend son pied, plus elle s’acharne sur ma bite au bord de l’explosion et malgré tous mes efforts, alors que je la sens se tendre subitement, signe indubitable de l’orgasme qu’elle ressent, je lui balance dans la bouche le résultat d’heures et d’heures de frustration… Elle me regarde avec un petit sourire ravi… « Je vais prendre une petite douche et je reviens », dit-elle en se levant, elle se dirige vers la chambre, y jette un rapide coup d’œil et disparait dans la salle de bain.
Encore tout étourdi et terrassé par cette pipe du tonnerre, je me souviens que ma femme est juste là, à deux mètres…
Je me lève, décidé à profiter du spectacle, non sans angoisse… Arrivé à la porte, je remarque un miroir qui me permet de voir tout ce qui s’y passe sans me faire remarquer…
Je vois ma femme à 4 pattes, en 69 sur Paul, les yeux fermés, le visage déformé par le plaisir, elle tient la bite de Paul, qui effectivement est sans commune mesure avec la mienne, tentant de le branler malgré le traitement qu’il lui inflige avec sa bouche, collée à sa chatte, traitement manifestement efficace au vu de la grimace de ma femme, au bord de l’orgasme… Elle gémit doucement sous ses coups de langue, je devine qu’il a naturellement saisi entre ses lèvres son gros clito et qu’il le suce comme elle adore, je remarque aussi qu’il lui a glissé deux de ses gros doigts à l’intérieur et qu’elle va et vient au rythme de cette pénétration doublé de son léchage à priori très efficace.
Tout à son plaisir, elle le suce et le branle mais on sent bien que c’est lui qui la contrôle et qui rythme son plaisir.
Au bout de deux minutes de cette vision, je bande à nouveau et résiste à l’idée de me branler sauvagement, car je n’oublie pas que Pauline devrait très bientôt ressortir de la salle de bain et j’ai la ferme intention de prendre possession de ce corps de rêve afin la fin de la nuit.

Alors que ma femme jouit brutalement, conséquence du traitement de choc infligé par Paul, celui-ci se redresse et retourne ma femme, qui vient se mettre en amazone sur lui, l’embrassant quasiment dans un état de transe, elle prend sa grosse bite et se la place à l’orée de sa chatte avant de s’empaler brutalement sur lui dans un râle commun de plaisir.
Redressée sur lui, elle monte et descend à un rythme frénétique, tout en maintenant la base de sa bite, comme elle voulait limiter la profondeur de la pénétration… La vision de ce pieu pénétrant ma femme en son intimité, cette grosse bite énorme et luisante de l’excitation de ma femme allant et venant dans cet étui chaud et douillet jusque là à moi seul réservé, me met dans un état second…

Plus il la pénètre profondément, plus elle gémit… Ses gémissement deviennent plus forts au fil de la montée du rythme de l’étalon, car je dois admettre qu’au-delà de la différence de taille, le gars est d’une endurance à toute épreuve… Dire que moi je n’ai pas résisté à cinq minutes de turlutte alors que lui la lime depuis dix minutes sans montrer la moindre trace de fatigue ou de perte de contrôle…

Alors que finalement ma douce finit par jouir comme jamais sous ses coups de boutoir, il se redresse et tout en l’embrassant la retourne afin de l’allonger sur le dos…
La coquine écarte ses jambes et agrippe le pieu magique et je distingue clairement sa voix cassée par l’extase, lui réclamer « Baise-moi encore, baise-moi fort… Encore… »… Sans plus attendre, le voila qui remonte ses jambes et qui reprend possession de sa chatte, d’un coup, jusqu’au bout… Le cri, je n’exagère pas, de ma femme se bloque comme si elle se trouvait paralysée par cette colonne de chair qui la transperce.

Je n’avais jamais vu ma femme comme ça, Paul continue à la limer sur un rythme frénétique et elle qui gémit « Oui, encore, plus fort, bourre moi, défonce moi… »… Je ne l’avais jamais entendu ou vu ainsi, réduite au rang d’animal sauvage perdant tout contrôle et toute limite, soumise au rythme de la bite de ce type qui apprécie le spectacle, les yeux grands ouverts et ne marquant toujours aucun signe de faiblesse… Ça doit faire un quart d’heure qu’il baise ma femme et ça continue encore et encore… J’en ai même oublié Pauline… Les jambes de ma femme sont maintenant accrochées autour des hanches de Paul qui alterne maintenant les mouvements rapides avec des mouvements plus lents et plus amples, je devine aux cris de ma femme chaque fois qu’il vient heurter le fond de sa chatte…

Il décide finalement de la retourner encore et je devine qu’il veut la finir en levrette… Comment peut-il savoir qu’elle adore ça ? je sais alors qu’elle va vivre certainement le plus gros de ses orgasmes…
Alors qu’elle se met à quatre pattes et que je l’entends encore lui dire « Oh, oui, comme ça, j’adore ça. », lui dirige sa bouche vers son cul et s’empare à nouveau de sa chatte avec sa bouche, sa chatte offerte et dressée vers lui comme une offrande. La tête plantée dans l’oreiller, j’entends madame jouir encore de plus belle.
C’est alors que je sens une main s’emparer de ma bite dressée comme un pavillon… « Alors, tu aimes le spectacle, je t’avais dit qu’elle n’allait pas être déçue… ». Pauline est nue, elle se colle derrière moi en entamant un mouvement de va-et-vient avec sa main douce et qu’elle a enduit d’huile..

Nous regardons silencieusement le spectacle de son mec bouffant la chatte de ma femme à quatre pattes… Puis Paul décide de finir le travail et, empoignant solidement les hanches de madame, il la pénètre à nouveau avec une douceur violente qui arrache un nouveau gémissement et de nouvelles suppliques de ma femme qui décidément ne manque pas de ressources dans le vocabulaire…
Pauline me retourne et m’arrache à ma contemplation… « Baise-moi, toi aussi, fais-moi jouir aussi. »… Sans désemparer, je la plaque contre le mur, et debout, une jambe à peine relevée, je la pénètre brutalement, ne parvenant pas à ôter de mon esprit la vision de ce sexe pénétrant ma femme et le visage déformée de celle-ci, grimaçant au tempo des va et vient de son étalon.
Je tente de calquer mon rythme sur celui de Paul et suis presque soulagée d’entendre que rapidement celui est également au bord de l’orgasme, un ultime râle animal de ma femme me fait savoir que celui-ci a enfin joui et sans scrupule, alors que la belle Pauline prend son pied également, je lâche une nouvelle fois mon sperme, cette fois tout au fond de la chatte brulante de Pauline dont le gémissement parvient enfin à couvrir la voix de ma femme…
Et là, me vient cette pensée : « Et maintenant, on fait quoi ? »

Proposée par angedusoir

Une réflexion sur « 1ère expérience »

Laisser un commentaire